Domaine Enivrance

Domaine-Enivrance-portrait.jpg
Domaine-Enivrance-vignes.jpg
domaine-enivrance-carte.png

Nicolas Pieron
Une philosophie nature au service du goût

 

 

Présentation du domaine

Comment est né votre domaine ? Qui l'a fondé ? Quelles ont été vos motivations ?

Nicolas Pieron – Le domaine est né en deux phases. Entre 1950 et 1975, les vignes étaient celles de Gabriel et Andrée Jaspard, qui travaillaient leurs terres au cheval et à la pioche. Leur fils Georges a pris le relais, puis leur petit-fils Damien, entre 2013 et 2019. De mon côté, j’ai été ouvrier viticole au château de Vaux, puis deux ans en Alsace, ensuite retour en Moselle chez Oury-Schreiber, pour finir salarié de Damien. J’ai d’ailleurs réalisé mon premier millésime Enivrance en tant que salarié, en 2019. Lorsqu’il a décidé d’arrêter son activité, j’ai repris ses vignes et sa cave, racheté son matériel, et le 1er janvier 2020 est né le Domaine Enivrance.

 

Quelle a été votre formation ?

NP – Je n’ai pas de formation viticole, j’ai un Bac STAE (Sciences et Technologies de l’Aménagement et de l’Environnement). Pour la petite anecdote, le seul contact que j’avais avec le vin, c’était les bouteilles à 4€ des supermarchés, que j’achetais pour faire la fête avec les potes ! Je suis arrivé dans le vin un peu par hasard : je me suis fait employer au château de Vaux, un poste était vacant. J’y suis resté pendant 8 ans, c’est d’ailleurs là-bas que j’ai rencontré Damien Jaspard.

 

Prestations œnotouristiques

Question tourisme : y a-t-il des prestations œnotouristiques proposées au Domaine ?

NP – L’an dernier, nous avons organisé un barbecue dans les vignes pour renouer les liens après le confinement et pour vendre des bouteilles. On faisait une boucle dans les vignes, puis on redescendait faire goûter le vin. J’ai un partenariat avec le gite des Coquelicots à Marieulles.

 

Projets

Quels sont vos projets pour le futur de votre exploitation ?

NP – Je suis dans une démarche de labellisation bio et je mets en place de l’agro foresterie : pour faire simple il s’agit de mettre des arbres dans les vignes pour ramener de la vie dans les sols, de la biodiversité. Il peut servir d’écran contre la grêle, la pluie, le soleil. L’idée est de se rapprocher du milieu naturel de la vigne qui est une liane, une plante de forêt : « les pieds à l’ombre, la tête au soleil ». J’essaye aussi de ne plus tondre les herbes, toujours pour garder de la vie dans les sols et chercher plus de diversité aromatique dans le raisin.
J’aimerais aussi planter un demi hectare de rouge, même si ce n’est pas encore d’actualité.

 

Situation actuelle

Quelle est la superficie et la situation géographique de votre exploitation ?
NP – Le Domaine fait deux hectares de vignes qui étaient déjà implantées, bien enracinées.
Elles sont situées à Vezon, sur un flanc de colline qui surplombe la vallée de la Seille, exposition Sud-Est.


Parlez-nous de votre production : quel type de produits sont commercialisés au Domaine ? Quel est votre volume de production, combien produisez-vous de bouteilles ?

NP – Pendant les bonnes années, je produis autour de 9000 bouteilles.
Ma philosophie de production est sans intrants : pas de levures, pas de sulfites. C’est du 100% pur jus de raisin idéalement. Je ne m’interdis pas d’en apporter en cas de besoin, mais idéalement, j’aimerais ne pas en mettre. Ce sont des vins dits « nature ».
J’ai entre 9 et 10 cuvées différentes au total, dont entre 3 et 4 cuvées AOC.
Les cépages majoritaires sont de l’auxerrois (85% environ), 10% de pinot noir et quelques pourcents de pinot meunier (non AOC).

 

Comment décririez-vous les trois vins que vous avez choisi de mettre en avant ?

NP – Le premier c’est le « Julia » (du prénom de ma femme), vinifié sans intrants, un vin blanc 100% auxerrois. Il a été élevé 12 mois en vieux fût de chêne. Sans doute une de mes cuvées les plus abouties.
Le deuxième est « Pinot noir », tout simplement. 100% pinot noir, vinifié sans intrants aussi. Il a été élevé en cuve uniquement pour garder le fruit du vin.
Le troisième est la cuvée « Andrée », hommage à la personne qui a mis en place les vignes. Je voulais garder une trace de l’histoire des Jaspard. Andrée Jaspard a travaillé toute sa vie dans les vignes, et sans elle et sa famille, je ne serais pas là aujourd’hui. Elle a aujourd’hui 90 ans et est venue m’aider en 2019 à étiqueter les bouteilles. Il s’agit d’un assemblage de 90% d’auxerrois et 10% de pinot noir en infusion dans le jus de blanc.

 

Création domaine : 2020

Implantation des vignes : Vezon. Exposition sud-est.

Superficie : 2 ha

Production : 9 000 btls/an.

Cépages : Auxerrois, Pinot Noir.

Terroir : -

Autres activités : -

Certification : -

voir la page Facebook
Lire la suite Réduire le texte
Domaine-Pieron-Bas-les-Masques.jpg
Domaine-Pieron-Bas-les-Masques.jpg

Domaine Enivrance - Julia

Vinifié sans intrants, un vin blanc 100% auxerrois. Il a été élevé 12 mois en vieux fût de chêne. Sans doute une de mes cuvées les plus abouties.

Domaine-Pieron-Pinot-Noir.jpg
Domaine-Pieron-Pinot-Noir.jpg

Domaine Enivrance - Pinot Noir

100% pinot noir, vinifié sans intrants aussi. Il a été élevé en cuve uniquement pour garder le fruit du vin.

Domaine-Pieron-Andree.jpg
Domaine-Pieron-Andree.jpg

Domaine Enivrance - Andrée

Cuvée - Hommage à la personne qui a mis en place les vignes. Je voulais garder une trace de l’histoire des Jaspard. Andrée Jaspard a travaillé toute sa vie dans les vignes, et sans elle et sa famille, je ne serais pas là aujourd’hui. Elle a aujourd’hui 90 ans et est venue m’aider en 2019 à étiqueter les bouteilles. Il s’agit d’un assemblage de 90% d’auxerrois et 10% de pinot noir en infusion dans le jus de blanc.



Domaine-Maujard-Weinsberg-portrait.jpg

Domaine Maujard Weinsberg

François Maujard,
une exploitation en « puzzle de vignes »

En savoir plus
Domaine-des-Hattes-portrait.jpg

Domaine des Hattes

André L'Huillier,
Faire du vin de père en fils

En savoir plus